CinéScénie du 29 Août 2020

Modérateurs : Gendarmes de l'Aurthograf !, Modérateurs

CinéScénie du 29 Août 2020

Message non lupar C'est à Jamais ! » 27 Février 2021, 20:17

Ma Première Expérience CinéScénie :

C'était le moment fort le plus attendu de mon Séjour du 29 au 31 Août dernier 2020.
Le moment tant attendu de part l’Événement que représente une telle soirée mais également de part cette chance d'avoir pu avoir ma Réservation conservée en conséquence de la situation sanitaire actuelle.
Ce soir, je fais alors parti des 5.000 chanceux à qui le plus Grand Spectacle au Monde allait se voir être offert. Raison de plus que d'en apprécier le moindre instant.

Je logeais au sein de La cité Nocturne du PuyduFou, après un Dîner parfait au sein de La Table des Ambassadeurs de l'Hôtel Le Grand Siècle, il était alors tant que d'y aller.
Par où passer ? Aucun problème, je vais suivre les autres Visiteurs.

Je passe par l'entrée du Grand Parc côté Cité Nocturne et là, un chemin balisé dérive sur la droite. Premier contact avec les Puyfolais, bénévoles du PuyduFou.
Un très accueillant ''Bonsoir'' suivi d'un ''passez une belle soirée'' tout en validant mon Billet et me voici prenant la marche de ce sentier balisé au sein même de la dense forêt du PuyduFou.
La marche est longue probablement accentuée par une certaine impatiente. Dans moins d'une heure je serais dans les tribunes d'une Œuvre unique Mondialement connue et reconnue. Alors oui l’excitation monte, plus mes pas avancent, plus je compte le nombre de réverbères médiévaux des bords de chemins dissimulant les charmilles historiques des lieux, plus je réalise cette chance. Au bout de quelques 15 à 20 minutes de marche, je l’aperçois, au plus près comme jamais, ou depuis très longtemps, l'arrière de la tribune se dessine au travers des arbres, plus j'avance plus elle est massive, plus je m’approche plus elle m’appelle, plus elle m’appelle, plus elle m'impressionne, plus je suis impatient.

Je pénètre par l'extrémité gauche afin d'accéder au Hall d'accueil qui se situe en dessous des tribunes. Ce Hall fait la longueur totale de la tribune, il est alors immense, massif mais aussi, tragiquement moche. C'est alors une déception. Je me pose la question : ''mais où je suis aller me foutre moi !''. Je suis dans un lieu étant un mixte entre un ancien hall de gare version années 80 et les sous-sols d'un parking souterrain qui n'attend qu'une chose : se défaire de son amendement de fermeture administrative.

Heureusement quelques stands viennent ponctuer ce lieu, comme des Snacks, des Buvettes, des Boutiques Souvenirs, etc... Ni une, ni deux, c'est une soirée événement, je vais aller m’acheter une Bière Vendéenne. Puis deux, puis trois. Ici, ce sont également des Bénévoles, ils sont heureux d'accueillir les Spectateurs, ils ont fiers de leurs missions et ça se voit, ça se ressent. C'est alors avec un ''Bravo pour votre implication'' que j’avale non sans précipitation ma troisième Bière, car il va être l'heure que d'accéder à ma place juste au dessus.

Je suis à la porte ''I'', il me faut la trouver, elle se situe non loin du centre de l'édifice. J'arrive alors aux pieds de cet escalier où un vent glacial vient rafraîchir le visage atrophié par ce port de masque. Je suis accueilli de manière particulièrement charmante par une Bénévole d'une certain âge, portant un magnifique costume, qui regarde où se situe ma place et m'y accompagne personnellement. Ma place est là, je lui propose un ''pourboire'', elle refuse. Je m'assoie, et là je me retrouve devant une gigantesque étendue sombre, sans point de repère précis, sans barrière, mon regard ne sait pas où se poser tant l'aire scénique encore endormie devant moi impose le respect de son immensité.

La dimension est incroyable. Ici, tout n'est que superlatifs, que ce soit cette gigantesque tribune, cet accueil plus que parfait, la dimension scénique en face de moi et cette excitation qui à ce moment précis est à son plus haut niveau. Il est évident que le hall de gare juste en dessous de mes pieds est à ce moment là, oublié.

Et puis des annonces commencent à retentir imposant les Spectateurs à porter leurs masques et à laisser deux sièges entre eux. Nous étions 5.000 officiellement (probablement un peu plus), mais la place ne manquait pas pour devoir respecter ces gestes barrières. Cette annonce sera faite à plusieurs reprises, jusqu'à l'annonce prônant un discours Historique de la Création de la CinéScénie. Oui, ça y est c'est le moment, elle va commencer d'ici peu !

Le ciel est dégagé, les lumières s'estompent et commence la musique. Pendant 10 minutes nous suivons le ''Vendeur de Quenouille'' traversant lentement, à pieds l'aire scénique. L'écriture est belle, poétique, bien qu'un peu pompeuse et un phrasé imposant l'impression de futures tragédies.
Il est vrai que ces 10 premières minutes sont longues, mais le contraste avec ce qui suivra en sera alors d'autant plus spectaculairement grandiose. D'un coup, tout s'illumine, les milliers de Puyfolais sont là, en face puis là-bas, puis à gauche puis à droite, puis sur le Lac, puis sur les Villages servants aux divers décors. Il y en a partout c'est dément ! Le regard ne sait pas où se poser, les oreilles ne savent plus quoi écouter, les frissons ne savent plus sur quelle partie du corps se poser.
C'est une fresque grandiose mêlant la fête servant à la tragédie, mêlant l'intime et le gigantisme, mêlant les technologies les plus récentes au services de centaines d'émotions qui dans ma tête et mon corps s'entrechoquent. Les larmes viennent sublimer la joie, l'Histoire de la Vendée et de la France est devant moi. Contée comme jamais, exposée de manière exponentielle, sans aucune faute de goût, sans aucun moment de latence notable, sans ennui, sans questionnement.
C'est un Hymne, c'est un Requiem.
Pendant plus de 1h30, ce sont ces émotions là qui sont offertes aux Spectateurs.

Et puis, bientôt le Spectacle semble devoir commencer à s'achever lorsque des sirènes retentissent, une nouvelle tragédie Historique s’apprêtent à prendre vie d'une manière la plus réelle qu'il soit. C'est la Guerre, elle débute, les bombardements s’apprêtent à détruire Villages et Château quand soudain : un avion de Guerre surprenant le public par l'arrière vient alors raser et survoler l'entièreté des Tribunes puis l'aire scénique larguant des obus dans le Lac et finissant par détruire le Château du PuyduFou. Je n'en crois pas mes yeux. Le PuyduFou à réussi à faire voler un véritable avion de Guerre pour son Œuvre au dessus d'une tribune accueillant du public ! C'est inouï ! Nous sommes en pleine Guerre, acteurs de la tragédie et non plus Spectateurs ! Les paris les plus fous sont toujours relevés, je manque de superlatifs à ce moment précis. Tout se passe très vite, et c'est peut-être ça le plus dommageable finalement. Mais l'incroyable de cette mise en scène ne peut qu'être ovationné.

Et puis, ça y est, c'est l'heure du Final en trois actes. Entre Puyfolais par milliers, gigantesques jets d'eau, lumières, projections, mapping, lasers, drones, feux d'artifices à 180°, c'est l'aboutissement dantesque de plus de 90 minutes de Spectacle qui jamais, ne pourra laisser de marbre.
Tant pis pour les mains, il faut applaudir encore et encore. Applaudir car c'est à ce moment précis le seul moyen d'exprimer une reconnaissance absolue et à jamais, pour l'implication, le talent, et l'amour que les Puyfolais portent à cette Œuvre. Et ce dans une société où tout est motivé par des chèques bancaires, ici, c'est la Passion qui en est la seule monnaie. C'est unique, c'est une Philosophie, c'est un art, c'est du talent, c'est de l'investissement personnel pour un seul et même but, celui que de faire frissonner d'émotions le Spectateur d'en face.

Alors je vais terminer ce pamphlet, et tant pis pour les idiots, abrutis primaires, résidus de cervelle d’huîtres et autres c*** de première classe, en remerciant du fond du cœur Philippe de Villiers. Car sans lui, pas de PuyduFou, pas de CinéScénie, pas de fierté Française quant à cette Œuvre. Et ce qu'importe ces idées politiques, je m'en tape.
En remerciant du fond du cœur Nicolas de Villiers ainsi que toutes les Équipes qui œuvrent comme des ''Fous du Puy'' pour donner vie à cette fresque en relief.
Et surtout, surtout, surtout, du plus profond de mon cœur, du plus profond de mon être et de mon âme, remercier les Puyfolais pour leurs Implications grâce à laquelle j'ai passé ce soir là, ce samedi là, l'une des plus Belles soirées qu'il m'est été offerte de vivre dans ma Vie ! :)
Discord des Passionnés du PuyduFou : https://discord.gg/tp5Myu3D2F
Avatar de l’utilisateur
C'est à Jamais !
Ecuyer
 
Message(s) : 8
Inscription : 27 Février 2021
Mon spectacle préféré: Mousquetaire de Richelieu
Au Puy du Fou, je suis: Passionné
Sur Puyfolonaute.com, je suis: Sympathisant

Re: CinéScénie du 29 Août 2020

Message non lupar creusoise » 12 Mars 2021, 22:56

Félicitations pour ce beau texte !
Je suis tout à fait d'accord avec toi " c'est à jamais"
Au début que j'allais au puy du fou, il y a des années, j'avais des remarques désagréables de membres proches de ma famille ( dues au passé politique de Philippe de Villiers) mais je suis passée outre et quoiqu'on en pense , il a oeuvré pour sa région !
Vive le Puy du Fiu et merci à tous les Puyfolais !
Avatar de l’utilisateur
creusoise
Archer
 
Message(s) : 317
Inscription : 27 Juillet 2015
Mon spectacle préféré: Le Bal des Oiseaux Fantômes
Au Puy du Fou, je suis: Passionné


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité